Archive

Monthly Archives: août 2018

14 août 2018

Le travail de deuil au cours des 50 dernières années : étapes, phases, tâches, processus

émotions au cours du travail de deuil

Le travail de deuil : étapes, phases, tâches, processus

Depuis que la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross a décrit en 1969 les 5 étapes du deuil, de nouvelles conceptions du travail de deuil ont vu le jour.
Aux étapes du deuil ont succédé les phases du deuil, puis les tâches du deuil, et enfin les processus du deuil.
Le deuil n’est pas une maladie mais un processus psychique adapté et consécutif à la perte, qu'il s'agisse du deuil d'un être cher ou du deuil de son animal.
Parfois, ce travail de deuil se complique, et il est important de faire la différence entre deuil et dépression.
Ce qu'on appelle depuis Freud le travail de deuil est un long tissage, «détissage» et « retissage » des liens affectifs qui reliaient la personne vivante au disparu.
L’enjeu du deuil consiste en la transformation des liens uniques qui unissaient l’endeuillé et le défunt.

Poursuivre la lecture
10 août 2018

Le concept de résilience est-il utile ? Son application dans le cas des abus sexuels

résilience et abus sexuels

Résilience et abus sexuel

Voilà un mot qui sonne bien ! C’est le livre de Boris Cyrulnik, « Un merveilleux malheur », qui a contribué à son succès en France.

Tout le monde l’emploie, les média également, mais quelle est vraiment sa signification ?

Derrière la connotation de résistance et de force,  rappelons-nous que la résilience n’est jamais acquise. Elle n’est pas une qualité intrinsèque à l’individu, donnée une fois pour toutes.

Le mot existe depuis très longtemps pour désigner la capacité d’un matériau soumis à un choc à retrouver sa forme initiale. Transposé au psychisme humain, il s’agit donc d’une métaphore, qu’il est préférable de bien analyser pour savoir de quoi on parle.

Poursuivre la lecture
8 août 2018

Les mythes du deuil

mythes du deuil

Les mythes du deuil

Ce que j’appelle les mythes du deuil sont en fait des croyances, très largement partagées, et rarement remises en cause.
Pourtant, ces croyances sont limitantes, comme beaucoup de nos croyances. Elles risquent de devenir des obstacles à un déroulement sain du deuil.
Bien que ces croyances n’aient jamais été vérifiées empiriquement, elles continuent d’être à la base de nombreux accompagnements et interventions psychologiques proposés aux personnes en deuil.

Nous allons en aborder quelques-unes.

La souffrance du deuil diminue régulièrement avec le temps

En réalité, le temps ne soigne pas en lui-même. Certains deuils n’évoluent pas malgré le temps qui passe.​
Le temps est seulement un marqueur objectif qui témoigne que l'endeuillé parvient à survivre sans le défunt.​
C'est ce que la personne en deuil réalise durant ce temps qui compte (travail de deuil).

Toutes les pertes produisent le même type de deuil​

Poursuivre la lecture

Abus sexuels : Pourquoi c’est mal d’avoir des relations sexuelles avec un enfant

relations sexuelles avec un enfant

Abus sexuels, consentement et libre arbitre

2017,  en France ; un adulte ayant eu une relation sexuelle avec une mineure de 11 ans n’a pas été poursuivi pour viol.
Cette pré-adolescente n’ayant pas manifesté d’opposition, les juges en ont conclu qu'elle était consentante.
La victime doit en effet prouver qu'il y a eu violence, menace, contrainte ou surprise pour que la qualification de viol soit retenue.

Ce fait divers a fait resurgir la question importante du consentement d’un mineur à une relation sexuelle avec un adulte.
Il convient de prendre en compte deux versants : le  versant juridique et le versant psychologique.

Il y a 40 ans déjà, un psychologue américain affirmait que la principale raison pour laquelle les relations sexuelles avec un enfant devaient être condamnées résidait dans le fait qu’un enfant était dans l’incapacité de donner un consentement éclairé[1].
David Finkelhor a énormément travaillé sur les abus sexuels, et a publié de nombreux articles et livres sur ce sujet.

Je vous offre une traduction de cet article, vieux de 40 années, dans lequel il décrit ses arguments.
Je pense que ce texte pourrait déclencher quelques réactions ...
Les commentaires sont ouverts !

Poursuivre la lecture
1 août 2018

La fréquence des abus sexuels est en diminution

fréquence des abus sexuels en diminution

La fréquence des abus sexuels est en diminution

L’heuristique de la disponibilité

Daniel Kahneman (psychologue et économiste américano-israélien, professeur à l'université de Princeton, lauréat du Prix Nobel d'économie en 2002) et son collègue Amos Tversky ont démontré que notre capacité à estimer la fréquence d’un événement dépend essentiellement de la facilité avec laquelle les exemples nous viennent à l’esprit. Ils ont appelé ce processus « l’heuristique de la disponibilité »[1].

Et bien entendu, ce processus nous conduit à de graves erreurs d’appréciation.

Vous venez de voir à la télévision les images d’un tsunami dévastateur. Si on vous demande alors votre estimation de la fréquence des tsunamis, votre réponse risque d’être très excessive. Simplement parce qu’un exemple de tsunami vous est venu très facilement à l’esprit. Il en est de même pour les violences en général, et les abus sexuels en particulier.

 

La violence a diminué au cours des derniers siècles

Steven Pinker, professeur de psychologie à Harvard, a publié en 2011 un livre imposant ayant pour titre « La part d’ange en nous », préfacé par Matthieu Ricard pour la traduction française[2].

Poursuivre la lecture
>